Image default
Maison / Bricolage / Déco

Comment réussir sa soudure en inox ?

Les différentes techniques de soudage existent. On retrouve le soudage MMA, le soudage TIG, le soudage MIG… Comment choisir la bonne technique ? Comment être sûre de réussir, à coup sûr, sa soudure ? C’est ce que nous allons voir, aujourd’hui, à l’intérieur de cet article.

Est-il compliqué d’assembler des pièces en acier inoxydable ?

L’inox est une matière appréciée chez les professionnels comme chez les particuliers. Il existe depuis 1913 et est basé sur de l’acier avec une faible teneur en carbone. À cela se sont ajoutés le molybdène, le chrome et le nickel. Les fabricants varient les pourcentages de chaque « ingrédient » pour créer différents aciers en inox (ferrique, austénitique, austéno-ferritique, martensique).
C’est un matériau agréable et facile à manipuler. Il peut facilement résister face aux intempéries et aux résidus chimiques qui se déposent dessus.
Ses qualités justifient, parfois, un prix plus élevé que la moyenne. Il faut ajouter à ses capacités de résistance, des attributs liés à la solidité. Cela tient bien dans le temps et l’inox ne s’abîme pas aussi facilement qu’on voudrait nous le faire croire.
Ce matériau a la faculté d’être facile à souder. C’est l’une des raisons qui incite les particuliers et les professionnels à le manier aussi simplement. Les techniques pour l’assembler sont multiples. Laquelle choisir ? C’est ce que nous vous proposons avec notre prestataire spécialisé dans la soudure en inox.

Les différents procédés existants pour souder de l’acier inox

Le soudage TIG (Tungsten Inert Gas)

Ce type de procédé est différent des autres méthodes de soudage que l’on connaît. En effet, cette manipulation nécessite une torche équipée d’une électrode. Cette dernière est non fusible et est en tungstène. C’est elle qui va diffuser de l’argon qui est un gaz de protection.
L’artisan va régler le débit grâce à la bouteille. Les débutants qui démarrent dans cette activité peuvent choisir un débit de 8 litres par minute. Au fil du temps et de l’expérience acquise, le réglage s’affinera par l’artisan naturellement, en fonction des besoins et du résultat souhaité.
Aujourd’hui, le soudage TIG est plutôt bien répandu. On va retrouver des postes TIG qui vont comporter deux nouveaux réglages, à savoir le prégaz et le post-gaz. Le but de ces éléments est de vider totalement le gaz afin d’éviter que la corrosion sur le métal chaud se réalise.

Le soudage MMA (Manual Metal Arc)

C’est le procédé le plus connu et le plus répandu à l’heure actuelle. Il est très efficace, notamment quand il y a plusieurs couches d’acier inox à souder.
Pour mettre au point cette technique, il faut une électrode enrobée spécifique à l’inox.
Par la suite, il va y avoir toute une technique à respecter pour réussir son soudage et avoir une belle soudure.
Quand on maîtrise les réglages et l’intensité, il n’y a pas de raison d’échouer dans le soudage.
Toutefois, par expérience, il est préférable de se protéger les yeux, car lors du refroidissement, quelques éclats peuvent survenir.

Nous avons cité les deux techniques de soudage les plus répandues en France. Certaines personnes vont préférer effectuer le soudage MIG (Manual Inert Gas) quand d’autres seront plus à l’aise avec la soudure orbitale. Libre à chacun d’opter pour la technique la plus intéressante en fonction du résultat désiré et du matériel à disposition.

Related posts

Les différents types de travaux d’élagage

Tamby

Avis sur le taille-haie électrique

Irene

Pourquoi choisir un poste à souder inverter ?

Irene